van Gogh's letters - unabridged and annotated
 
» Home Switch to: English < Previous   Next >
Letter from Vincent van Gogh to Theo van Gogh
Auvers-sur-Oise, 17 June 1890
Relevant paintings:


"L'Arlesienne (Madame Ginoux)," Vincent van Gogh
[Enlarge]


"Wild Flowers and Thistles in a Vase," Vincent van Gogh
[Enlarge]


"White House at Night," Vincent van Gogh
[Enlarge]


"Daubigny's Garden," Vincent van Gogh
[Enlarge]

Mon cher Theo,

Merci beaucoup de ta lettre d'avant-hier et du billet de 50 fr qu'elle contenait. par exemple comme j'en ai un entre les mains - je ne parle donc qu'en me basant sur le même fait qui existe de part et d'autre - je ne vois seulement pas la raison pourquoi l'un aurait à l'autre des reproches bien sérieux à faire.

Y a-t-il une différence dans les factures, là c'est ce qui m'intéresserait davantage. Et puis dans les couleurs il y a un tripotage comme dans les vins, comment pouvoir juger juste, lorsque comme moi on ignore la chimie. Je trouverais néanmoins fort bien, que dans le cas où le père Tanguy se donnerait pour nous un mal extraordinaire en y mettant son temps et sa peine pour emballer et expédier les toiles qui sont dans sa mansarde, qu'alors tu lui prendrais de la couleur chez lui, fût-elle un peu plus mauvaise que l'autre. Ce ne serait que comme de juste. Mais ce qu'il dit d'une différence dans les tubes, je le répète c'est pure imagination de sa part, et la raison pourquoi qu'on allait chez Tasset, c'est que les couleurs de ce dernier sont en général moins fades.

Maintenant c'est pas important cette différence, et si Tanguy met de la bonne volonté pour emballer les toiles en dépôt chez lui - juste qu'il ait la commande pour les couleurs.

C'est avec plaisir que j'ai fait connaissance avec le Hollandais, qui est venu hier, il a l'air bien trop gentil pour faire de la peinture dans les conditions actuelles. Si néanmoins il persiste à vouloir en faire, je lui ai dit qu'il ferait bien d'aller en Bretagne avec Gauguin et de Haan, parce qu'il vivra là-bas de 3 francs par jour au lieu de 5 francs et aura de la bonne compagnie. Que moi aussi j'espère bien les y rejoindre, puisque Gauguin y va. J'en ai été bien content d'apprendre qu'ils vont renouveler leur tentative là-bas.

Certes tu as raison que cela vaut mieux pour Gauguin que de rester à Paris. Très content aussi de ce qu'il trouve bien la tête d'Arlésienne en question. J'espère bien faire quelques eaux-fortes de motifs du Midi, mettons 6, puisque je peux sans frais les imprimer chez M. Gachet, qui veut bien les tirer pour rien, si je les fais.C'est certes une chose qu'il faut faire, et on fera de sorte que ça forme en quelque sorte suite à la publication Lauzet Monticelli, si tu trouves bien. Et Gauguin probablement gravera quelques toiles de lui en combinaison avec moi. Son tableau qui t'appartient et surtout pour le reste des choses de la Martinique. Lesquelles planches M. Gachet nous tirera également. Bien entendu on lui laissera liberté d'en tirer des exemplaires pour lui. M. Gachet viendra un jour voir mes toiles à Paris et alors nous en choisirions pour la gravure.

Dans ce moment j'ai deux études en train, l'une un bouquet de plantes sauvages, des chardons, des épis, des feuilles différentes de verdure. L'une presque rouge, l'autre très verte, l'autre jaunissante.

La deuxième étude, une maison blanche dans la verdure, avec une étoile dans le ciel de nuit et une lumière orangée à la fenêtre et de la verdure noire et une note rose sombre. Voilà tout pour le moment. J'ai une idée pour faire une toile plus importante de la maison et du jardin de Daubigny, dont j'ai déjà une petite étude.

J'étais bien content que Gauguin s'en aille avec de Haan encore. Naturellement ce projet de Madagascar me paraît peu possible à exécuter, j'aimerais encore mieux le voir partir pour le Tonkin. Si cependant il allait à Madagascar, je serais capable de l'y suivre, car il faudrait y aller à deux ou trois. Mais nous ne sommes pas encore là. Certes l'avenir est bien dans les tropiques pour la peinture, soit à Java, soit à la Martinique, le Brésil ou l'Australie, et non pas ici, mais tu sens qu'à moi il ne m'est pas prouvé que toi, Gauguin ou moi, soyons ces gens d'avenir-là. Mais certes encore une fois, là et non pas ici un jour probablement proche on verra travailler des impressionnistes, qui se tiendront avec Millet, Pissarro. Croire à cela c'est naturel, mais y aller sans les moyens d'existence et de rapport avec Paris en coup de tête, alors que des années durant on s'est rouillé en végétant ici.

Bon. Merci encore une fois et bonne poignée de main à toi et ta femme et bonne santé au petit, que je languis bien de revoir.

b. à t. Vincent


At this time, Vincent was 37 year old
Source:
Vincent van Gogh. Letter to Theo van Gogh. Written 17 June 1890 in Auvers-sur-Oise. Translated by Robert Harrison, edited by Robert Harrison, number 642.
URL: http://webexhibits.org/vangogh/letter/21/642-fr.htm.

This letter may be freely used, in accordance with the terms of this site.
» Home Switch to: English < Previous   Next >

 
or find:

webexhibits.org/vangogh/         Credits & feedback